L’étiquette énergie menuiserie dans le viseur de quatre organisations de la FFB

Le coin des pros - Article - Vendredi, 05 Juillet - 09:45

L’étiquette énergie menuiserie inventée par l’UFME (Union des fabricants de menuiseries extérieures) et la CSFVP (Chambre syndicale des fabricants de verre plat) devait être un repère pour les consommateurs souhaitant mieux isoler leur logement. En effet, cette dernière indique la baisse de consommation de chauffage entrainée par la pose d’une nouvelle fenêtre et mesure le confort apporté en été. Cette étiquette est aujourd’hui remise en cause par quatre grandes organisations de la vitrerie et de la menuiserie qui jugent cette étiquette trompeuse pour le consommateur.

 

 

Quatre organisations membres de la FFB dénoncent l’étiquette énergie menuiserie

 

 

Trois mois après sa création, l’étiquette énergie menuiserie lancée conjointement par la CSFVP (Chambre syndicale des fabricants de verre plat) et l’UFME (Union des fabricants de menuiseries extérieures) fait débat. Ces deux organisations se sont unies pour créer un label permettant aux consommateurs de mieux choisir leurs fenêtres, en leur indiquant d’une part la qualité d’isolation, et donc les économies de chauffage réalisées en posant la fenêtre de leur choix. D’autre part, ce label devait également signaler le niveau de confort apporté par la fenêtre en été. 

 

 

 

Pourtant, c’est aujourd’hui quatre organisations professionnelles dont trois membres de la FFB : Métallerie, Charpente-Menuiserie-Parquet ainsi que le Syndicat national de la fermeture-protection Solaire et des professions associées, et le Syndicat national de la construction des fenêtres, façades et activités associés qui demandent le retrait de cette étiquette.

 

Selon ces derniers, ce label n’informe pas correctement les consommateurs, car le mode de calcul ne serait pas correct

 

L’étiquette énergie menuiserie : une pomme de discorde

 

Les quatre organisations avancent trois arguments pour expliquer leur demande de retrait.

 

La première étant le mauvais mode de calcul appliqué pour déterminer la valeur de l’isolation. Selon ses détracteurs, l’étiquette énergie menuiserie ne prend pas en compte les fermetures et protections solaires, ce qui fausse le calcul sur la qualité de l’isolation et sur le facteur solaire. D’autre part, toujours selon les quatre organisations dénonçant ce label, la classe A appliquée aux meilleurs produits est donnée majoritairement à des fenêtres équipées d’un triple vitrage. Alors que ces derniers soutiennent que les fenêtres à double-vitrage sont généralement plus efficaces. Il y aurait donc selon eux, une volonté de la part de l’UFME et de la CSFVP de favoriser le triple vitrage au profit du double vitrage pourtant plus efficace.

 

Dans un second temps l’UFME et la CSFVP sont accusés de ne pas représenter l’ensemble des acteurs du secteur de la vitrerie et de la menuiserie, tels que les fabricants de vitrage isolant, les installateurs de fenêtres de tous matériaux ou encore les concepteurs et fabricants de fenêtres aluminium…

 

Enfin, les quatre organisations rappellent qu’une étiquette énergétique européenne devrait bientôt voir le jour et que l’étiquette énergie menuiserie est bien trop différente, et ne correspond pas aux futurs critères qui seront retenus pour un label européen. 

étiquette énergie menuiserie, Fédération française du bâtiment, CSFVP, UFME
Les solutions de communication du mag DFP
Devenez annonceur sur le MAG DFP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité DFP
Abonnez vous à DFP
Rejoignez DFP sur Twitter
Abonnez-vous à DFP sur Google+